BUDGET 2016 ANCIENS COMBATTANTS

                 Principales mesures concernant les anciens combattants

11nov2

                                                   

Le budget pour 2016 des programmes 167 « Liens entre la Nation et son armée » et 169 « Reconnaissance et réparation en faveur du monde combattant » de la mission interministérielle « Anciens combattants, mémoire et liens avec la Nation », s’élève à plus de 2,5 Md€. Dans un contexte budgétaire contraint, il reste stable, puisqu’il était de 2,6 Md€ lors de la dernière loi de finances ; d’autant que diminue de façon mécanique, depuis près de 30 ans, le nombre annuel des anciens combattants.

Le PLF 2016 consolide les engagements pris dans le cadre de la loi de finances initiale (LFI) pour 2015 et maintient l’ensemble des dispositifs de reconnaissance et de réparation au profit des anciens combattants. Il intègre par ailleurs plusieurs mesures de justice sociale et d’équité en faveur du monde combattant.

 

  1. A commencer par une prise en compte meilleure à l’égard des anciens combattants et de leurs ayant-droits les plus en difficulté.

     

  • Conjoints survivants de grands invalides de guerre : l’élargissement du dispositif de majoration de la pension

    À compter du 1er juillet 2016, les conjoints survivants de grands invalides de guerre bénéficieront d’un élargissement du dispositif prévu à l’article L.52-2 du code des pensions militaires d’invalidité et des victimes de la guerre (CPMIVG) qui majore la pension versée pour compenser la perte de revenu du conjoint survivant qui, en raison des soins prodigués à son conjoint avant son décès, a abandonné ou réduit son activité professionnelle.

    Cette majoration de la pension sera désormais appliquée progressivement à partir de cinq années de soins révolues contre dix ans actuellement. Dès le 1er janvier 2016, les conjoints survivants de grands invalides de guerre bénéficieront en outre de la seconde augmentation de 50 points de la majoration spéciale, prévue dans la LFI 2015. Cout total : 700 000 euros.

  • Action sociale de l’ONAC-VG : 2 M€ supplémentaires pour les plus démunis

    La dotation 2016 d’action sociale de l’Office national des anciens combattants et victimes de guerre (ONAC-VG) est augmentée de 2 M€, pour atteindre 25,4 M€ qui accompagneront la refonte de sa politique d’action sociale et la substitution à l’aide différentielle au conjoint survivant (ADCS) d’un dispositif élargi adapté à la situation de chacun. Soit 3400 bénéficiaires de plus.

    Cette refonte, associée à un effort financier renouvelé, doit conduire à une amélioration sensible de la situation des ressortissants de l’Office les plus démunis, les plus fragiles et les plus isolés, notamment les anciens combattants et les conjoints survivants.

     

  1. Ce budget permet par ailleurs de perpétuer la reconnaissance de la Nation aux anciens combattants par l’ouverture de nouveaux droits
  • Anciens combattants d’Afrique du Nord : l’extension du bénéfice de la « campagne double »

    Dans un souci d’équité, le PLF 2016 prévoit l’extension du bénéfice de la « campagne double » aux anciens combattants d’Afrique du Nord, militaires d’active et appelés du contingent, agents de la fonction publique et assimilés, dont les droits à pension ont été liquidés avant le 19 octobre 1999, alors que les anciens combattants dont les droits ont été liquidés après octobre 1999 en sont déjà bénéficiaires. Cout total : 600 000 euros.

  • Conjoints et ex-conjoints survivants de harkis : une reconnaissance consolidée

    Suite au plan Harki annoncé par le Premier ministre, il y a un an, le budget 2016 prévoit une allocation au profit des conjoints et ex-conjoints survivants non remariés d’anciens membres des formations supplétives ne pouvant plus, en application de l’article 52 de la loi de programmation militaire (LPM) du 18 décembre 2013, demander le bénéfice de l’allocation de reconnaissance. Cette mesure, qui concernera toutes les personnes remplissant les conditions dès 2015, consolide la reconnaissance de la Nation envers les anciens membres des formations supplétives et leurs ayants droit.

  • 4e génération du feu : reconnaître et accompagner

    L’attribution de la carte du combattant, à partir du 1er octobre 2015, aux militaires engagés en opérations extérieures pendant au moins 120 jours (ou 4 mois) est un symbole fort de la reconnaissance de la Nation. Cet élargissement, prévu dans la LFI 2015, devrait permettre de délivrer 145 000 cartes supplémentaires, ouvrant droit notamment à la retraite du combattant, aux rentes mutualistes ou encore au droit du port de la croix du combattant.

    Par ailleurs, un nouveau plan d’action ministériel sera initié en 2016 pour poursuivre la dynamique d’accompagnement des militaires blessés dans l’accomplissement de leur devoir, et de leur famille, au-delà de la finalisation des nombreuses mesures déployées en 2015 (création d’une maison des blessés et leur famille à Percy, aide financière, soutien psychologique unique pour les blessés ainsi que pour leur famille, suivi et accompagnement via le « passeport du blessé »…).

     

  1. Enfin, la politique de Mémoire, indispensable pour le rassemblement de la Nation autour de valeurs pour lesquelles nos ainés ont combattu et, pour bon nombre, sont tombés, se poursuivra.
  • Politique de mémoire : un budget 2016 à la hauteur des enjeux mémoriels

    Les crédits budgétaires affectés à la politique de mémoire s’élèvent à 22,2 M€ pour 2016. Ils permettront de garantir un programme commémoratif à la hauteur des enjeux mémoriels, notamment le centenaire des batailles de Verdun et de la Somme, de veiller à la transmission de la mémoire, et d’assurer la rénovation et la valorisation du patrimoine de pierre (hauts lieux de la mémoire nationale, sépultures de guerre et nécropoles).

  • Tourisme de mémoire : un effort réaffirmé

    Le tourisme de mémoire s’attache à valoriser les sites mémoriels liés aux conflits contemporains. Complémentaire de l’offre touristique traditionnelle, il représente aujourd’hui l’un des axes majeurs de la politique mémorielle du ministère de la défense. Les crédits qui lui sont dédiés dans le PLF 2016 sont consolidés (1,65 M€). Ils permettront d’apporter un soutien à des projets d’envergure nationale et régionale menés par des collectivités territoriales, tout en favorisant la structuration de la filière et le développement des synergies entre les différents acteurs. Les visites ont connu une hausse de 42% en 2014.