Revue de presse

EPSM de Saint-Venant

EPSM de Saint-Venant

Lancement du Canal Seine Nord

Lancement du Canal Seine Nord
Visite de Barbara POMPILI
Visite du Ministre de l'Agriculture

Fullsizerender 1

Ocotobre rose

Fullsizerender 3

Fullsizerender 1

Fullsizerender

SUITE AUX ATTENTATS

Photo 8

INTERVENTION EN FAVEUR DES ANCIENS COMBATTANTS

Ac

Ac2

UTILISATION DE LA RESERVE PARLEMENTAIRE

Presse

Action au quotidien

Image 1

 

Rentrée politique

Photo 3

Pour la baisse du prix des péages

Peages

DROIT A L'EAU

Droit à l’eau potable: proposition de loi votée inchangée à l’Assemblée en commission

Les députés ont adopté mercredi 4 novembre en commission sans changement majeur la proposition de loi sur la mise en œuvre du droit humain à l’eau potable déposée par des élus de tous les groupes, hormis Les Républicains, mais des modifications pourraient intervenir dans l’hémicycle.
Le texte déposé par les socialistes Michel Lesage, Jean Glavany, Jean-Paul Chanteguet, la députée Front de Gauche Marie-George Buffet, l’écologiste François-Michel Lambert, l’UDI Bertrand Pancher et le radical de gauche Stéphane Saint-André devrait être discuté en séance publique en février 2016.
Seul le groupe LR a voté contre en commission.


Cette proposition de loi est « l’aboutissement d’une réflexion menée depuis près de deux ans par de nombreuses associations et ONG », à laquelle ont été associés « tous les principaux acteurs de l’eau », et s’inscrit dans « une démarche transpartisane ».


Ce texte vise notamment à reconnaître le droit de l’homme à l’eau, à permettre que les personnes les plus vulnérables non raccordées au réseau aient accès aux équipements sanitaires indispensables et à instaurer une aide préventive pour l’eau pour les ménages en situation de précarité.


« Si la facture d’eau et d’assainissement représente 1,25% du revenu disponible moyen d’un ménage, près d’un million de ménages n’ont accès à l’eau qu’à un prix considéré comme excessif par rapport à leur revenu », pointent les députés signataires, observant aussi que « des centaines de milliers de personnes n’ont pas un accès direct ou permanent à l’eau potable ou ont un assainissement très insuffisant (habitats précaires, SDF…) ».


Rappelant que la France a pris de nombreux engagements internationaux sur les droits à l’eau potable et à l’assainissement, ils jugent « nécessaire et urgent » de les inscrire dans son droit interne pour qu’ils deviennent effectifs.


La proposition de loi prévoit, entre autres, l’obligation, pour toutes les communes, d’installer et d’entretenir des points d’eau potable d’accès public gratuit et non discriminatoire.


Pour les communes de plus de 3.500 habitants, sont prévues des toilettes publiques gratuites et, pour celles de plus de 15.000 habitants, des douches publiques gratuites pour les personnes vulnérables.


Le texte prévoit également une aide préventive pour l’eau pour les personnes en situation de précarité, avec « au moins une partie » du financement assuré par une augmentation de la taxe sur les eaux vendues en bouteille.


L’article sur la création d’un Fonds de solidarité du droit à l’eau et son financement (contribution de 0,5 centime d’euro par litre d’eau embouteillée vendue en France) a suscité de nombreuses interrogations mercredi.


Le président de la commission du Développement durable Jean-Paul Chanteguet a jugé possible de retravailler le mode de financement en commission peu avant la séance ou dans l’hémicycle début février.

© 2015 AFP


En savoir plus sur http://www.up-inspirer.fr/17681-droit-a-leau-potable-proposition-de-loi-votee-inchangee-a-lassemblee-en-commission#kXmW76RO1ZCdk8j1.99

LA VOIX DU NORD

Robecq: rénové, le monument aux morts est désormais un peu mieux connu

Publié le 14/11/2015

PAR BENOÎT FAUCONNIER

Les commémorations du 11 Novembre à Robecq ont été axées sur l’inauguration du monument aux morts, entièrement rénové. Les enfants ont largement participé à l’événement, suivi par une foule impressionnante.

Les éclairages sont bien en place, le pavage aussi, tout comme les graviers clairs qui entourent le monument aux morts, objet de toutes les attentions, en ce 11 Novembre. Le monument, inauguré le 4 juillet 1926 dans sa première mouture, a bénéficié d’un lifting complet, et d’un aménagement paysager.

Les premiers plans du monument, rejetés par la commission chargée de l’examen des projets de monuments commémoratifs, prévoyaient une tête de Poilu en métal bronzé au sommet. Finalement, le deuxième projet, avec une croix de guerre à la place du buste, fut accepté.

Chargée de symboles, la deuxième inauguration, après rénovation, était l’occasion de rappeler qui étaient les trente-trois Robecquois tués pendant la Grande Guerre, et dont les noms sont gravés sur de nouvelles plaques fixées sur le monument. Christian Bocaert, un Robecquois acharné et passionné d’histoire, a retrouvé les parcours militaires de chacun d’entre eux. Pour ce travail titanesque, il a reçu des mains du député Stéphane Saint-André la médaille de l’Assemblée nationale. Le député en a profité pour adresser un message aux enfants : « Les jeunes doivent comprendre que la guerre a réellement existé. »

Autres Robecquois récompensés, mercredi dernier, en présence des anciens combattants et du Souvenir français : Roger Ramette, qui a reçu la médaille commémorative d’Algérie, puis Élisée Wattel, bientôt 103 ans, décoré de la médaille du mérite fédéral.

Après les différents dépôts de gerbe, les enfants de l’école, en tête du défilé, juste derrière l’harmonie, ont joué un rôle majeur dans la commémoration. Trente-trois d’entre eux ont lu les noms et lieux de décès des trente-trois Robecquois tués pendant la Première Guerre mondiale, avant de déposer une rose blanche sur le pourtour du monument aux morts. Un lâcher de pigeons a mis un terme à la cérémonie, qui s’est poursuivie à la salle polyvalente . C’est là qu’une exposition retraçait les parcours militaires des trente-trois soldats. L’association Les Amis du vieux Robecq avait prêté du matériel ancien…

Christian Bocaert, lui, espère remettre le couvert en 2018, et aimerait retracer la vie des 200 mobilisés robecquois. Il a mis sept mois pour honorer la mémoire de trente-trois hommes. Avec six fois plus de boulot, trois ans seraient nécessaires. Le compte à rebours est lancé.

POUR LA PROTECTION DES AGENTS COMMUNAUX DE BETHUNE

Presse

VINCENT LAMBERT

Affaire Vincent Lambert : communiqué de la famille et de personnalités politiques

Vendredi, 24 Juillet, 2015

Humanite.fr

Suite à la décision du CHU de Reims d'en appeler au procureur, retrouvez un communiqué signé par des membres de la famille de Vincent et des personnalités politiques.

L'expérience du mariage pour tous a été traumatisante pour le gouvernement, dit-on. L'opposition qu'il a rencontré était beaucoup plus que le simple fait des intégristes. Pour autant, le fait que des mouvements intégristes s'opposent au mariage pour tous et à un nouveau texte sur la fin de vie est bien le seul point commun qu'il y a entre ces deux sujets, le dernier étant beaucoup plus consensuel.

Le gouvernement voulait donc une loi trans-partisane sur la fin de vie. Pour ne pas vivre un deuxième mariage pour tous. Le débat qui a eu lieu au Sénat montre qu'un consensus semble difficile à obtenir. Le texte avait été profondément amendé par les sénateurs, à tel point qu'il était devenu une régression par rapport à la loi existante. Il a ensuite été rejeté par une majorité de sénateurs. Il reviendra donc inchangé devant l'Assemblée nationale, en deuxième lecture. Avant un deuxième passage devant le Sénat.

L'affaire Vincent Lambert est dans l'ombre des débats concernant cette loi. Plus que de raison. Des décisions de justice ont été rendues, confirmant une décision médicale créatrice de droit pour lui, sur laquelle l'administration ne peut revenir. Cette décision lui accordant le droit de ne pas subir d'obstination déraisonnable a maintenant 18 mois. Néanmoins, le gouvernement botte en touche le concernant, et joue la montre. Quitte à faire passer l'idée qu'il est possible pour des proches de s'opposer au droit à l'autodétermination d'un membre de leur famille par des menaces d'agitation. Une sorte d'État dans l'État en somme, qu'il ne faudrait pas contrarier. S'il en allait du sort de la République, pourquoi pas. Mais en l'occurrence, ce n'est pas le cas, il en va juste de sa crédibilité.


Daniel COHN-BENDIT, ancien député européen
Sandrine ROUSSEAU, vice présidente du conseil régional Nord-Pas-de-Calais, porte parole d’EELV
Olivier FALORNI, député RRDP de Charente-Maritime
Jacques VALAX, député PS du Tarn
Corinne LEPAGE, ancienne ministre de l’Environnement, présidente de CAP 21, avocate
Corinne BOUCHOUX, sénatrice EELV de Maine-et-Loire
Stéphane SAINT-ANDRÉ, député RRDP du Pas de Calais
Bernard ROMAN, député PS du Nord
Véronique MASSONEAU, députée écologiste de la Vienne
Joël GIRAUD, député PRG des Hautes-Alpes
Marie-Christine BLANDIN, sénatrice écologiste du Nord
Christian BATAILLE, député PS du Nord
Alain NÉRI, sénateur PS du Puy de Dôme
Denis BAUPIN, député EELV de Paris, vice-président de l’Assemblée nationale
Dominique GILLOT, sénatrice PS du Val d'Oise
Barbara POMPILI, députée écologiste de la Somme
Claudine LEPAGE, sénatrice PS des français établis hors de France
Jean-Luc MÉLENCHON, député européen, ancien ministre délégué à l'Enseignement professionnel
Esther BENBASSA, sénatrice EELV du Val-de-Marne
Noël MAMÈRE, député EELV de la Gironde
Philip CORDERY, député PS des français de Belgique, du Luxembourg et des Pays-Bas
Jean-Yves LE DÉAUT, député PS de Meurthe-et-Moselle, Président de l’OPECST

L'Avenir de l'Artois-novembre 2014

Presse

LE POINT

Img 1310

A propos des réfugiés

Presse5

A propos des réfugiés

  • Presse9

Interview Seine Nord Radio Plus

Conf de presse
Cm

Ajouter un commentaire

Code incorrect ! Essayez à nouveau